Avertir le modérateur

23 novembre 2010

Turquie: La doctrine National-Kémaliste ancêtre du National-Socialisme ?

http://i970.photobucket.com/albums/ae187/Postedeveille/hitler-turquie.jpg

 

Une pancarte dans une manifestation

de protestation en Turquie contre Israel.

Il faut savoir que malheureusement, le racisme, le national-kémalisme et le national-socialisme ont de nombreux partisans en Turquie : il est écrit sur la banderolle "Félicitations aux nazis" :    « Ellerinize Sağlik »

Voici le hideux visage de la "république"  de Turquie, fondée par celui qui se faisait lui même appeler, le kaiser turc en la personne de Mustafa Kemal ataturk . Hitler s'en inspira grandement.(" Qui se souvient de l'Extermination des Arméniens": Adolf Hitler 1939).

La "République" de Turquie  doit être DÉNAZIFIÉE et DÉKÉMALISÉE au dires mêmes des démocrates de Turquie. Ce n'est pas avec une idéologie national-kémaliste ayant élevé le racisme et la haine de l'autre comme valeurs suprêmes que la "république" de Turquie peut intégrer l'Europe des Droits de l'Homme.

05 juin 2010

Antisémitisme: "Go back to Auschwitz".

La rhétorique des autorités turques, entraine des réactions antisémites qui augmentent.

La communauté juive en Turquie est définitivement inquiète, d' après Ivo Molinas, rédacteur en chef de Shalom, hebdomadaire basé à Istanbul, pour qui la colère dans le pays pourrait rapidement se transformer en antisémitisme.

« La rhétorique utilisée par le Premier ministre est très radicale », a expliqué M. Molinas.

Israël et la Turquie, la fin d’une époque

par Alain Frachon

http://undhimmi.com/wp-content/uploads/2009/10/turkish_pm_erdogan-_with_ahmadinejad.jpg

Ce qui s’est passé cette semaine au large de Gaza confirme un revirement majeur au Proche-Orient : la fin de la relation privilégiée entre Israël et la Turquie. C’est un moment-clé. Il marque l’aboutissement d’une évolution amorcée il y a quelques années : Ankara prend ses distances à l’égard de son vieil allié, pour se rapprocher du monde arabe.

Afin de devenir une puissance régionale, politique et économique, la Turquie s’émancipe de sa diplomatie traditionnelle. Elle n’est plus seulement ce membre sage de l’OTAN, proche des Etats-Unis, candidat à l’entrée dans l’Union européenne et signataire d’un accord stratégique avec l’Etat juif. Elle aspire à un profil diplomatique plus complexe – celui d’une de ces puissances émergentes qui, comme le Brésil, l’Indonésie ou l’Afrique du Sud, sont en passe de changer les rapports de force internationaux.

Lire la suite

13 mars 2010

L'ANTISÉMITISME TRADITIONNEL TURC REPREND DE LA VIGUEUR: LES JUIFS DE TURQUIE PROCHAINES VICTIMES DU NÉO-NATIONALISME TURC?

Erdogan va-t-il s’en prendre à ses juifs

©Rédigé par JSS .Par Danny Benely – HAMODIA

Le rapprochement entre la Turquie et les pays de l’axe du Mal, et les sérieuses tensions dans les relations entre Ankara et Jérusalem semblent commencer à provoquer des effets collatéraux préoccupants au sein de la communauté juive turque.
Ainsi, durant de chabbat « Za’hor », des inspecteurs des pouvoirs locaux ont pénétré dans la grande synagogue d’Istanbul « Brit Shalom » au moment de l’office. Ils ont demandé aux fidèles leurs papiers d’identité. Bien entendu, une partie importante de fidèles ne possédaient pas de papiers,

vu qu’il n’existe pas de Erouv dans Istanbul. Ces inspecteurs leur ont alors demandé de se présenter le lendemain au service de la municipalité afin de prouver qu’ils étaient bien résidents d’Istanbul. Mais ce n’est pas tout : les autorités turques ont informé les dirigeants de la communauté juive et de toutes les autres minorités, dont la minorité chrétienne, que désormais, il n’y aura plus qu’un seul et unique leader spirituel qui représentera toutes les minorités auprès du pouvoir central. De telle sorte que tout porte à croire que si cette décision est maintenue, c’est un catholique, puisque cette minorité est la plus importante, qui représentera la communauté juive ce qui paraît tout à fait surréaliste. Enfin, il s’avère qu’au cours des derniers mois, les enfants chrétiens et juifs ont été séparés des enfants musulmans dans les écoles et lycéens généraux de Turquie. Ce qui a d’ailleurs conduit les responsables chrétiens et juifs à unir leurs efforts dans la revendication de leurs droits.

Interrogé par le Makor Rishon, le grand rabbin de Turquie, rav Its’hak Halioua, qui porte le titre de ‘Ha’ham Bashi, s’est montré très prudent. Il a prétendu que ces problèmes découlaient d’un « malentendu » et s’est déclaré persuadé que « cela allait se régler prochainement ». A propos de l’élection d’un représentant unique pour l’ensemble des minorités religieuses en Turquie, le grand rabbin Halioua a tenu à préciser que « le problème avait déjà été réglé » et il a souligné qu’il sera lui même candidat dans deux mois à sa propre succession au poste de grand rabbin de Turquie. Cependant, le rav Halioua a insisté sur un point particulier : il s’agit d’un décret qui interdit aux enfants juifs qui ne sont pas citoyens turcs d’étudier dans la seule école juive du pays à Istanbul. Ainsi un diplomate juif américain, qui est en fonction au consulat général américain de la ville, ne peut inscrire son fils dans cette école juive parce qu’il n’est pas citoyen turc. Il est probable que la tension provoquée par la décision de l’administration Obama de reconnaître le génocide arménien commis par les Turcs ne facilite pas la tâche de ce diplomate juif américain.

Par Danny Benely – HAMODIA

http://jssnews.com/2010/03/12/erdogan-va-t-il-sen-prendre...

29 août 2009

Les Juifs de Turquie et le Génocide Arménien

rifat.jpg

Un ouvrage à contre courant par le chercheur et historien indépendant Rifat Bali a été récemment publié en Turquie, déterrant des faits et des informations de première main qui illustre à coup sûr la façon dont les institutions font du chantage auprès des représentants de la communauté juive et à travers eux les organisations juives des Etats-Unis - pour assurer leur soutien contre la campagne arménienne de reconnaissance du génocide. Le titre du livre, Devlet’in Omek Yurtaslanri - Cumhuriyet YillanndaTurkiye Yahudilen 1950-2003 , peut être à peu près traduit en anglais en "Les Citoyens Modèle de l’Etat - Les Juifs de Turquie dans la Période Républicaine 1950-2003" (je m’en référerai au livre, dans cet article, par "Les Citoyens Modèles").

Ce livre est le produit d’un méticuleux travail effectué par Rifat N. Bali (1) au cours de nombreuses années dans à peu près 15 centres d’archives dans le monde, dont les Archives Juives d’Amérique (Cincinnati, Ohio), les Archives Internationales B"nai B"rith (Washington, D.C.), l’Administration des Archives Nationales et des Enregistrements (Maryland), les Archives Nationales Israéliennes (Jérusalem), les Archives Sionistes Centrales (Jérusalem), les Archives d’Etat Turques (Ankara), des archives publiques à Tel Aviv, des archives privées (telles celles de Manajans Thompson A.S., une agence de publicité basée à Istanbul. Ainsi que ses archives personnelles. Il a aussi parcouru des centaines de livres, thèses et articles en turc et en d’autres langues, et interviewé de nombreuses personnes.


Lire la suite

28 août 2009

La Turquie, les Juifs et l’Holocauste

corinne gustadat.jpg
Le chroniqueur américain Harut Sassounian publie dans le journal US The California Courier, son éditorial du 4 juin 2009, intitulé « Une historienne allemande dévoile la propagande turque sur les juifs ». Il le consacre aux travaux de l’historienne allemande Corry Guttstadt qui a récemment publié une étude complète de 520 pages sur les actes répréhensibles de la Turquie pendant l’Holocauste. Le titre en allemand du livre est : “Die Turkei, die Juden und der Holocaust” (La Turquie, les Juifs et l’Holocauste). Harut Sassounian introduit son article en ces termes : « Pendant des années, le gouvernement turc et ses propagandistes attitrés ont prétendu que tout au long de l’histoire les juifs ont été bien traités en Turquie. Comme ces dernières années, la Turquie a subi une intense pression internationale pour reconnaitre le génocide arménien, les responsables turcs ont décidé de présenter une image plus positive de leur pays ». Le Collectif VAN vous propose une traduction de l’éditorial, composé pour l’essentiel des citations de l’historienne allemande Corry Guttstadt. Nous vous suggérons également de relire pour l’occasion la traduction de l’article du journal turc Taraf : « Le mythe des Schindlers turcs ». Et pour finir, une petite note bien actuelle : selon un sondage publié dimanche 31 mai 2009 par le quotidien Milliyet en Turquie, 64% des Turcs refuseraient d’avoir des Juifs pour voisins.

Lire la suite

19 août 2009

Present-Day Anti-Semitism in Turkey

by  Rifat Bali    Published July 2009

SPECIAL ISSUE

No. 84, 16 August 2009 / 26 Av 5769

  • Turkish intellectuals have always taken a pro-Palestinian and anti-Israeli stance. Islamists associate the "Palestine question" with alleged Jewish involvement in the rise of Turkish secularism. Leftists see Israel as an imperialist state and an extension of American hegemony in the Middle East. Comparable themes are found among nationalist intellectuals.
  • Turkish reactions to Israel's 2006 war in Lebanon and 2009 war in Gaza often spilled over into anti-Semitism. Newspaper columnists, some of them academics, belonging to the various ideological streams helped fan popular sentiment against Israel and Jews. Israel was said to be exploiting Holocaust guilt and the services of the "American Jewish lobby" to further its own nefarious aims.
  • Turkish approaches to the "Palestine question" rarely venture outside the clichés of Turkish popular culture. Turkish publishing houses providing translated works on the issue are careful not to run afoul of popular sentiment. The net result is that both Turkish columnists and their readers utilize only limited sources on the conflict that are preponderantly anti-Israeli and anti-Semitic.
  • Any attempt by the Turkish Jewish leadership to confront Turkish society on combating anti-Semitism is likely to backfire and even further exacerbate the problem. Given the reality, the only options left for Turkey's Jewish community are to either continue living in Turkey amid widespread anti-Semitism or to emigrate. 

Lire la suite

06 février 2009

ANTISÉMITISME EN TURQUIE: LES JUIFS DANS LA PEUR.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a6/Yellow_star_Juif.gif

ISTANBUL CORRESPONDANCE (LEMONDE.FR DU 2 FÉVRIER 2009)

"A bas Israël ! Nous ne voulons pas de vous dans la République turque." L'inscription en lettres rouges barre le mur d'un immeuble, près de la grande synagogue Neve Shalom d'Istanbul. Un immense drapeau palestinien a été déployé par les habitants au-dessus de la rue, bouclée et protégée par un car de police. Depuis trois semaines, les autorités turques ont renforcé la sécurité autour du rabbinat et des fondations appartenant à la communauté juive, qui compte environ 25 000 personnes, principalement regroupées à Istanbul.

Lire la suite

24 mars 2008

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L’ANTISEMITISME

Le BNVCA salue la décision de madame ALLIOT MARIE,ministre de l'intérieur qui a révoqué" Bruno GUIGUE Sous Prefet de SAINTES (17100)qui a manqué à son devoir de réserve en publiant sur le site islamiste OUMMA.COM une violente diatribe anti-israelien

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L’ANTISEMITISME
8 Boulevard Saint Simon 93700 DRANCY


62ef0137c29a942207ed5271913fd540.gif
Le Président
Sammy GHOZLAN
0609677005

PARIS LE 23 MARS 2008

COMMUNIQUE

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme salue avec beaucoup de déférence et de gratitude,la juste décision de madame Michèle ALLIOT MARIE Ministre de l’Intérieur qui vient de révoquer le Sous Préfet Bruno GUIGUE de Saintes en Charente Maritimes pour avoir publié une tribune violemment anti -israelienne sur le site islamiste OUMMA.COM support entre autres d’autres auteurs pour le moins controversés comme Tariq RAMADAN, ou Alain SORAL .
Nous considérons qu’en prétendant qu’ « ISRAEL est le seul état au monde dont les-snippers-abattent les fillettes à la sortie de l’ecole » de même qu’en arguant que grâce à la loi religieuse, « on s’interrompt de torturer dans les geôles israeliennes » ce haut fonctionnaire ,coutumier du fait, a non seulement failli à son devoir de réserve, mais participé à l’incitation à la haine d’Israel qui est à l’origine du passage à l’acte antijuif, depuis l’an 2000 ,sur notre territoire, en même temps qu’éclatait l’intifada contre Israel.
Nous considérons que la mesure prise par madame la Ministre de l’Intérieur est salutaire et exemplaire.
Nous attendons que cette sanction prise contre ce haut fonctionnaire de l’Etat ,soit dissuasive et de nature à prévenir d’autres débordements inadmissibles pouvant entrainer des troubles à l’ordre public,et la haine antijuive.
Nous demandons le retrait immédiat de tous les textes de ce Sous Prefet GUIGUE,parus sur le site OUMMA.COM.et notamment du texte incriminé intitulé «Quand le lobby sioniste se déchaine contre l’ONU »

http://www.sosantisemitisme.org/communique.asp?ID=140

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article63651

28 février 2008

Un film turc antisémite et antiaméricain remporte un grand succés auprès des Turcs d'Allemagne


362de789d3d918c98e17624af2867ab5.jpgMi-Rambo mi-James Bond, Polat Alemdar fait salle comble parmi les Turcs d'Allemagne, qui ont été un quart de million en dix jours à envahir les cinémas pour suivre l'agent secret d'Ankara, engagé dans une lutte implacable contre l'incarnation du Mal, les Américains en Irak. Nationaliste à l'excès, violemment anti-américain et antisémite, le film turc "La Vallée des loups" a suscité des critiques dans la classe politique. Edmund Stoiber, le ministre président CSU de Bavière, le juge «irresponsable», car «fait le jeu des radicaux» parmi les quelque 2,6 millions de Turcs immigrés. Charlotte Knobloch, vice-présidente du Conseil central des juifs, veut qu'il soit «déprogrammé».



Le metteur en scène Serdar Akar ne fait pas dans la nuance. D'un côté, tout est bon, noble et humaniste, bref turc et, accessoirement, musulman, comme le cheikh Abdurrahman, qui invoque Allah pour condamner les attentats suicides de ses ouailles. A l'opposé, tout ce qui est américain est veule, assoiffé de sang. Et surtout Sam Marshall, le chef des forces d'occupation qui fait raser un village pour tenter de capturer son adversaire. Polat Alemdar, le tuera d'un coup de poignard recourbé, symbole du triomphe du croissant sur la croix.

Le film est montré dans une soixantaine de salles depuis le 9 février. A sa sortie à Ankara, il a été applaudi par «la moitié du Parlement», relève le quotidien Süddeutsche Zeitung. De quoi susciter quelques interrogations sur la perspective d'adhésion du pays à l'UE.


Pierre Bocev,
pour le Figaro
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu