Avertir le modérateur

11 mars 2013

The Genocide of Armenians and making of modern Turkey.

Prof. Uğur Üngör Ermeni Soykırımı Sırasında Yaşanan Haciz Olaylarını Anlatıyor -

Le professeur Uğur Üngör est né en 1980 à Erzincan (Turquie), a été élevé à Enschede aux Pays-Bas et est actuellement maître de conférence d'Histoire et de sociologie, spécialiste dans les domaine de la violence de masse et des génocides -en particulier le Génocide des Arméniens et le Génocide des Tutsis- et professeur adjoint d'Histoire à l'Université d'Utrecht aux Pays-Bas. Dans ce document, il explique le scénario établi par les Jeunes turcs dans la confiscation des biens arméniens durant le génocide.


Il reprend ici une partie du contenu de ses deux derniers livres: La saisie par les Jeunes-Turcs de la propriété arménienne (Continuum, 2011) et Formation de La Turquie moderne : La Nation et l'État en Anatolie orientale, 1913-1950 (Oxford University Press, 2011). Ceux-ci traitent de la façon dont l'Arménie occidentale est devenue une partie de l'État turc et la "confiscation et la destruction" par la Turquie de la propriété arménienne.

Ses conclusions font valoir que le Génocide des Arméniens n'est pas seulement un processus de déportations et de massacres, mais qu'il englobe aussi une politique de destruction. Il donne ici un aperçu des conséquences économiques du génocide et la façon dont le pillage a été organisé et réalisé. Il démontre comment cette destruction systématique de la nation arménienne sur sa patrie historique a également ouvert la voie à l'État-nation turc moderne.

Uğur Üngör décrit la façon dont le gouvernement turc a employé des méthodes très élaborées et intensives de confiscation des propriétés arméniennes et des entreprises, en enrichissant les membres du gouvernement turc et de l'élite militaire. Des propriétés qui ont également été données aux réfugiés des Balkans amenés à se réinstaller sur les terres arméniennes et ont servi à financer les besoins du gouvernement, y compris le coût des déportations des Arméniens durant le génocide.

Il cite certaines familles, comme la famille Pirincczade de Diyarbakir, qui a grandement bénéficié de la confiscations de biens arméniens, en particulier des usines de cuivre à fort rapport financier. Il fait aussi remarquer, qu'en 1935 il y avait sur la liste des membres de la chambre de commerce de Diyarbakir un certain nombre en entente avec les auteurs du génocide. Pour lui, cela représentait réellement "l'économie nationale turque en quelque sorte. C'était le projet que Talaat Pacha avait à l'esprit, et il a réussi.", dit-il.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu