Avertir le modérateur

16 janvier 2016

Azebaïdjan: RSF "extrêmement inquiète" pour un journaliste indépendant enlevé par la police

azeri repression.jpg

Reporters sans frontières (RSF) condamne la détention au secret du journaliste Shirin Abbasov, disparu depuis le 16 septembre 2015. Le jeune reporter est la dernière victime en date de la campagne de harcèlement contre la chaîne de télévision en ligne Meydan TV.

Le journaliste Shirin Abbasov, qui collabore avec la web-TV indépendante Meydan TV, a disparu sans laisser de trace le 16 septembre 2015 alors qu’il se rendait à l’université. Selon son avocat, qui n’a toujours pas été autorisé à le voir, le journaliste est détenu par l’unité de lutte contre le crime organisé (MIA) de la police. Selon nos informations, il a été placé en détention pour une durée de 30 jours.

La journaliste Aytaj Ahmedova, qui travaille aussi pour Meydan TV, a également été enlevée en pleine rue le 16 septembre par des hommes en civil qui se sont avérés être des agents de cette même unité de police. Après avoir été interrogée plusieurs heures, elle a finalement été relâchée.

“Nous sommes extrêmement inquiets par la détention au secret de Shirin Abbasov, déclare Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’est & Asie centrale chez Reporters sans frontières. Nous considérons que le journaliste est en danger et nous exigeons sa remise en liberté immédiate. Les autorités ne peuvent impunément continuer à recourir à des méthodes illégales contre les derniers journalistes indépendants.”

Les deux journalistes ont en commun d’avoir couvert de nombreux procès de défenseurs des droits de l’homme et de journalistes indépendants, notamment ceux de Khadija Ismaïlova et de Leïla et Arif Iounous. Plusieurs collaborateurs de la chaîne avaient d’ailleurs été convoqués par la police peu de temps après le procès de la célèbre journaliste. Shirin Abbasov est interdit de quitter le territoire azerbaïdjanais depuis le 30 juin 2015 en raison de sa collaboration avec Meydan TV.

Fondée en exil en 2013, alors qu’une vague de répression sans précédent commençait à s’abattre sur la société civile azerbaïdjanaise, la chaîne de télévision en ligne Meydan TV est la cible d’un harcèlement intense de la part des autorités. Média indépendant de référence, la chaîne s’est imposée en pointant les atteintes aux droits de l’homme et la corruption qui règne dans le pays.

Le fondateur de Meydan TV, Emin Milli, est exilé en Allemagne depuis 2012 après un an et demi d’emprisonnement arbitraire. Le 26 juin, un intermédiaire proche du ministre des Sports a fait parvenir au journaliste un message lui promettant que “l’État le punirait, où [qu’il soit], pour la campagne de dénigrement” qu’il aurait orchestrée. Sous pression, plusieurs membres de sa famille ont publiquement pris leurs distances avec lui, fin juin, dans une lettre adressée au président Ilham Aliev et publiée dans les médias. Un mois plus tard, son beau-frère était arrêté dans une affaire montée de toutes pièces.

L’Azerbaïdjan figure à la 162e place sur 180 au Classement mondial 2015 de la liberté de la presse de Reporters sans frontières.

06 juin 2015

Baku 2015: Bloody european games in the land of tears

http://westernarmeniatv.com/wp-content/uploads/bfi_thumb/Sports_20150402_2-65zh4l8uuiv20dxj7i5xu03si9mqbytbini7qmxc2ib.jpg

http://fr.rsf.org/azerbaidjan.html

Jeux Européens de Baku : n’oubliez pas la répression en Azerbaïdjan.

https://www.fidh.org/local/cache-vignettes/L550xH256/sitefr-9cee1-bd608.jpg

https://www.fidh.org/La-Federation-internationale-des-lig...

Bakou 2015: une dictature dénoncée par la FIDH

Azerbaïdjan : Les gouvernements européens doivent agir pour la libération des prisonniers politiques

Une semaine avant la cérémonie d’ouverture des premiers Jeux européens qui se tiendront à Bakou, en Azerbaïdjan, la FIDH demande aux représentants politiques des pays européens de conditionner leur participation à la cérémonie d’ouverture à la libération de tous les prisonniers politiques et activistes détenus arbitrairement.

Azerbaïdjan : Les gouvernements européens doivent agir pour la libération des prisonniers politiques

Lire la suite

12 juin 2012

AZERBAIDJAN: répression des journalistes.

Azerbaïdjan : deux ans de prison pour un journaliste d’une TV iranienne

Un journaliste azerbaïdjanais travaillant pour une chaîne de télévision iranienne a été condamné lundi à Bakou à deux ans de prison pour possession de drogue, a indiqué son frère dénonçant un jugement politiquement motivé sur fond de tension entre l’Azerbaïdjan et l’Iran.

http://www.yerkirmedia.am/userfiles/21.11.11-8394aliev.jpg

ALIEV, autoproclamé "président" à vie,

despote de l'Azerbaidjan.

Anar Bayramli, un citoyen azerbaïdjanais employé par la chaîne de télévision iranienne Sahar, accusé par le passé de faire de la propagande pour l’Iran en Azerbaïdjan, a été reconnu coupable de possession d’héroïne, selon le jugement du tribunal.

“La police et les enquêteurs ont fourni de faux témoignages“, a déclaré à l’AFP le frère du condamné, Eldar Bayramli.

“Nous considérons cette affaire comme politiquement motivée et allons bien entendu faire appel de cette décision“, a-t-il ajouté.

Les relations se sont tendues ces derniers mois entre l’Iran et l’Azerbaïdjan, pays du Caucase à majorité musulmane chiite.

En mars, l’Azerbaïdjan a affirmé avoir déjoué des attentats que préparait Téhéran contre les ambassades d’Israël et des Etats-Unis à Bakou, et arrêté 22 personnes soupçonnées d’avoir été recrutées et formées à cet effet par l’Iran. Les autorités iraniennes ont démenti ces accusations.

En mai des dizaines d’Azerbaïdjanais avaient protesté à Bakou contre la politique de Téhéran, certaines exhibant des pancartes se moquant de l’Ayatollah Ali Khamenei, le Guide suprême de la Révolution islamique.

02 juin 2012

AZERBAIDJAN: UNE DICTATURE DE PLUS EN PLUS FÉROCE.

25 avril 2011

Azerbaijan: Clampdown on dissent!

02 août 2010

Azerbaidjan: L’emprisonnement d’Eynulla Fatullayev dérangerait-il ?

http://fr.rsf.org/local/cache-vignettes/L72xH72/arton8768-97328.png

Le journaliste norvégien Erling Borgen et son cameraman Dag Inge Dahl ont été violemment pris à partie par les agents de sécurité, à l’aéroport de Bakou, tôt dans la matinée du 6 mai 2010. Ils ont saisi des documents importants, ainsi que la clé USB du journaliste avec l’équivalent de six jours de tournage.

Erling Borgen et son cameraman étaient venus en Azerbaïdjan pour réaliser un reportage sur Eynulla Fatullayev, journaliste actuellement en détention. Comme l’équipe avait prévu de possibles incidents, elle avait déjà fait parvenir à Oslo une copie de l’intégralité de leurs documents. Le montage du documentaire « Un détenu en Azerbaïdjan », pourra donc malgré tout avoir lieu. Ce que n’avaient certainement pas anticipé les agents de sécurité à l’aéroport…

cliquez: reporters sans frontières.

http://www.actualites-news-environnement.com/images/rsf-grand.jpg

AZERBAIDJAN: Condamnation du journaliste Eynulla Fatullayev

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSwJEzdLSqgTFuiEE_MFEjYJX0wOeD8ihmfJtb2Rvbby_AI59A&t=1&usg=__NV0oqNmUS08EFeAylfQkg1I1Sdc=http://www.freemedia.at/justicedenied/Eynulla_Fatullayev_b.jpg

"Nous avons appris avec préoccupation la condamnation du journaliste azerbaidjanais Eynulla Fatullayev à une nouvelle peine d’emprisonnement de deux ans et demi. Cette décision intervient après que la Cour européenne des Droits de l’homme de Strasbourg a rendu le 22 avril son jugement sur cette affaire et ordonné sa libération immédiate ainsi que l’octroi à l’intéressé d’une compensation financière.

Nous appelons les autorités azerbaïdjanaises à se conformer aux engagements auxquels elles ont souscrit dans le cadre de la Convention européenne des Droits de l’homme et à mettre en oeuvre le jugement de la Cour européenne des Droits de l’homme.

La France rappelle son attachement au respect des libertés fondamentales, notamment à la liberté d’expression et au droit des journalistes d’exercer librement leur métier."

in english:

Eynulla Fatullayev, a 32-year-old Azeri journalist and former editor-in-chief of the popular independent Azeri newspapers Realny Azerbaijan and Gundalik Azarbaycan, has long been victimised by the Azeri authorities for his critical reporting. He is currently serving an eight-and-a-half-year prison term. The charges under which Fatullayev has been convicted are considered spurious by both Azeri journalists and international human rights organisations.

Lire la suite

intolérance: L’Azerbaïdjan interdit les noms arméniens

http://www.armenews.com/IMG/arton62825-378x240.jpg

Si vous êtes un azéri et que vous cherchez un nom pour votre enfant, les autorités de Bakou ont quelque chose pour vous - une liste de noms permis qu’ils ont pris le soin de compiler.

Les prénoms associés "aux individus qui ont commis une agression contre le peuple azéri" seront couchés sur la liste noire par une nouvelle nomenclature de codes couleur qui est apparenté au système américain des couleurs d’alerte de la terreur.

Vous êtes très bien si vous choisissez un nom de la catégorie verte ce qui signifie que ces noms adoptent les valeurs de l’Azerbaïdjan au niveau “ national, culturel et idéologique ”selon l’agence de presse de Trend. Le jaune est pour les noms "indésirables" qui sonnent drôles pour les autres langues et "ne sont pas recommandés." Le rouge est pour les noms des agresseurs qui portent "une signification insultante dans notre langue."

En théorie cela signifie que "Ali" est vert, "Artush" est rouge et "Astrid" est jaune.

Si le nom que vous avez choisi est en alerte rouge, l’Académie Nationale de Sciences d’Azerbaidjan, qui a surveillé les savants travaillant sur le système d’alerte des prénoms, vous permez de la saisir pour des éclairages.


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu