Avertir le modérateur

29 août 2009

Les Juifs de Turquie et le Génocide Arménien

rifat.jpg

Un ouvrage à contre courant par le chercheur et historien indépendant Rifat Bali a été récemment publié en Turquie, déterrant des faits et des informations de première main qui illustre à coup sûr la façon dont les institutions font du chantage auprès des représentants de la communauté juive et à travers eux les organisations juives des Etats-Unis - pour assurer leur soutien contre la campagne arménienne de reconnaissance du génocide. Le titre du livre, Devlet’in Omek Yurtaslanri - Cumhuriyet YillanndaTurkiye Yahudilen 1950-2003 , peut être à peu près traduit en anglais en "Les Citoyens Modèle de l’Etat - Les Juifs de Turquie dans la Période Républicaine 1950-2003" (je m’en référerai au livre, dans cet article, par "Les Citoyens Modèles").

Ce livre est le produit d’un méticuleux travail effectué par Rifat N. Bali (1) au cours de nombreuses années dans à peu près 15 centres d’archives dans le monde, dont les Archives Juives d’Amérique (Cincinnati, Ohio), les Archives Internationales B"nai B"rith (Washington, D.C.), l’Administration des Archives Nationales et des Enregistrements (Maryland), les Archives Nationales Israéliennes (Jérusalem), les Archives Sionistes Centrales (Jérusalem), les Archives d’Etat Turques (Ankara), des archives publiques à Tel Aviv, des archives privées (telles celles de Manajans Thompson A.S., une agence de publicité basée à Istanbul. Ainsi que ses archives personnelles. Il a aussi parcouru des centaines de livres, thèses et articles en turc et en d’autres langues, et interviewé de nombreuses personnes.


Lire la suite

28 août 2009

La Turquie, les Juifs et l’Holocauste

corinne gustadat.jpg
Le chroniqueur américain Harut Sassounian publie dans le journal US The California Courier, son éditorial du 4 juin 2009, intitulé « Une historienne allemande dévoile la propagande turque sur les juifs ». Il le consacre aux travaux de l’historienne allemande Corry Guttstadt qui a récemment publié une étude complète de 520 pages sur les actes répréhensibles de la Turquie pendant l’Holocauste. Le titre en allemand du livre est : “Die Turkei, die Juden und der Holocaust” (La Turquie, les Juifs et l’Holocauste). Harut Sassounian introduit son article en ces termes : « Pendant des années, le gouvernement turc et ses propagandistes attitrés ont prétendu que tout au long de l’histoire les juifs ont été bien traités en Turquie. Comme ces dernières années, la Turquie a subi une intense pression internationale pour reconnaitre le génocide arménien, les responsables turcs ont décidé de présenter une image plus positive de leur pays ». Le Collectif VAN vous propose une traduction de l’éditorial, composé pour l’essentiel des citations de l’historienne allemande Corry Guttstadt. Nous vous suggérons également de relire pour l’occasion la traduction de l’article du journal turc Taraf : « Le mythe des Schindlers turcs ». Et pour finir, une petite note bien actuelle : selon un sondage publié dimanche 31 mai 2009 par le quotidien Milliyet en Turquie, 64% des Turcs refuseraient d’avoir des Juifs pour voisins.

Lire la suite

19 juin 2008

génocide arménien: Ragip zarakolu condamné à la prison !

630645303.jpgRagip Zarakolu a été reconnu coupable hier « d’avoir insulté les institutions de la république Turque » en vertu de l’article 301 du code pénal de la Turquie.

Cette loi controversée a été récemment reformée sous la pression de l’UE pour assurer la liberté de parole en Turquie.C’est le premier verdict depuis.

La sentence de M. Zarakolu semble confirmer les craintes les militants des droits de l’homme qui pensaient que la modification de la loi n’était simplement a déclaré Sarah Rainsford de la B.B.C. à Istanbul.

En avril il est devenu un crime d’insulter la nation turque, plutôt que le « Fait d’être turc ».

Mais insulter la nation turque peut toujours être punie jusqu’à deux ans d’emprisonnement.

M. Zarakolu est passé en justice pour la publication d’un livre d’un auteur britannique George Jerjian sur le génocide des Arméniens sous l’Empire Ottoman en 1915.

En délivrant la sentence, le juge a dit à M. Zarakolu qu’il avait insulté la république turque et ses fondateurs.

Les poursuites contre M. Zarakolu n’ont pas été autorisées par le ministère turc de la Justice comme l’exige la réforme et Ragip Zarakolu a dit qu’il fera appel du verdict.

La sentence ne s’appliquera pas tant que l’appel n’est pas jugé.

À l’extérieur de la cour, M. Zarakolu a dit que telles décisions avaient fait taire beaucoup d’auteurs en Turquie, mais qu’il continuerait à défier les restrictions.

« J’attendais en partie ce résultat. Mais c’est une lutte pour la vérité et elle continuera. Je ne m’accepte pas en tant que coupable. C’est une condamnation de l’histoire officielle et du négationnisme » a-t-il dit.

28 février 2008

Un film turc antisémite et antiaméricain remporte un grand succés auprès des Turcs d'Allemagne


362de789d3d918c98e17624af2867ab5.jpgMi-Rambo mi-James Bond, Polat Alemdar fait salle comble parmi les Turcs d'Allemagne, qui ont été un quart de million en dix jours à envahir les cinémas pour suivre l'agent secret d'Ankara, engagé dans une lutte implacable contre l'incarnation du Mal, les Américains en Irak. Nationaliste à l'excès, violemment anti-américain et antisémite, le film turc "La Vallée des loups" a suscité des critiques dans la classe politique. Edmund Stoiber, le ministre président CSU de Bavière, le juge «irresponsable», car «fait le jeu des radicaux» parmi les quelque 2,6 millions de Turcs immigrés. Charlotte Knobloch, vice-présidente du Conseil central des juifs, veut qu'il soit «déprogrammé».



Le metteur en scène Serdar Akar ne fait pas dans la nuance. D'un côté, tout est bon, noble et humaniste, bref turc et, accessoirement, musulman, comme le cheikh Abdurrahman, qui invoque Allah pour condamner les attentats suicides de ses ouailles. A l'opposé, tout ce qui est américain est veule, assoiffé de sang. Et surtout Sam Marshall, le chef des forces d'occupation qui fait raser un village pour tenter de capturer son adversaire. Polat Alemdar, le tuera d'un coup de poignard recourbé, symbole du triomphe du croissant sur la croix.

Le film est montré dans une soixantaine de salles depuis le 9 février. A sa sortie à Ankara, il a été applaudi par «la moitié du Parlement», relève le quotidien Süddeutsche Zeitung. De quoi susciter quelques interrogations sur la perspective d'adhésion du pays à l'UE.


Pierre Bocev,
pour le Figaro
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu